Sumako KOSEKI

Tout en puisant fortement à la souche du BUTO (formations auprès de grands maîtres comme T.SUZUKI et I. MIURA), elle développe son style personnel à travers des rencontres avec des artistes comme GROTOWSKI et BARBA, Philippe LEOTARD, Philippe ADRIEN…

Corps déshumanisé, elle incarne mille visages en appelant nos mémoires archétypales. Les mouvements lents ou fulgurants, liés ou saccadés, enracinés ou flottants, sublimes ou terribles s’entremêlent…

La magie de sa danse a laissé des traces en France (Théâtre du Rond Point, Le Bataclan, Festival d’Avignon, MIMOS …).

Elle enseigne à l’université de Tokyo où elle dirige également une troupe de Butô, et est invitée chaque année à donner des stages dans différentes villes en France, à Athènes, en Crète, en Sicile et à Prague.

Redécouvrir un fonctionnement du corps plus direct, corps de l’urgence et de la nécessité affranchi du filtre du mental. Creuser cette mémoire profonde, pour ouvrir le champ des émotions et retrouver un corps et un esprit plus libres et créatifs.

La méthode d’enseignement de Sumako Koseki, basée sur le travail du KI (énergie), la recherche de l’enracinement du bassin, et la quête du TANDEN (centre vital), nous conduit à explorer les états minéral, végétal, fœtale, animal, archétypal, pour creuser les mémoires ancestrales et élargir notre rapport aux espaces-temps.

Cet art né au Japon dans les années 60, convoque des dimensions essentielles à tout interprète de la scène : disponibilité, et présence intensifiée par l’effacement de l’intellect, le corps étant resitué moteur et réceptacle des émotions